Accueil|Infos|articles|
Qui est Nicolas Bouvier ?

QUI EST NICOLAS BOUVIER ?

Si mes amis suisses doivent être surpris d'une telle question, je crains que ce grand écrivain ne soit injustement méconnu des français. Néanmoins, devoir répondre à une telle question m'intimide quelque peu, et je me sens peu digne de le faire. Modestement, je pourrais dire tout d'abord qu'il est l'un de mes auteurs préférés, mais j'ai toujours détesté ce genre d'approche « hit parade ». De façon plus clinique, Nicolas Bouvier est un écrivain suisse (donc). Il est né le 6 mars 1929, au Grand-Lancy, près de Genève. Il est décédé le 17 février 1998, toujours en Suisse, à Cologny. Entre des deux dates, et cet apparent immobilisme, il passa 13 années de sa vie sur les routes du monde. Il effectua son principal voyage de juin 1953 à octobre 1956. Parti au volant d'une Fiat Topolino, avec un ami peintre (Thierry Vernet), il rallia par la route le sud de l'Inde (via la Yougoslavie, la Grèce, la Turquie, l'Iran, l'Afghanistan et le Pakistan), avant de continuer en bateau jusqu'au Japon, où il resta une année entière. L'essentiel de la partie terrestre de son voyage constitue le contenu de son livre le plus connu, L'usage du Monde, publié en 1963, à compte d'auteur. Après ce voyage fondateur, il alterna sa vie d'iconographe avec celle de voyageur impénitent. Fatalement attiré par l'Orient et l'Asie, il séjourna longuement à trois reprises au Japon (1955, 1964 et 1970) et en tira Chronique Japonaise, publié une première fois en 1975 (puis enrichi en 1989). En 1990, les éditions Payot (son principal éditeur) publièrent Journal d'Aran et autres lieux. Si les îles irlandaises d'Aran constituent le théâtre du premier récit, les « autres lieux » mentionnés dans le titre ne sont autre que la Corée du Sud, qu'il visita en 1970, et Xi'an. Son petit texte sur la Corée des années 1970 est un petit chef d'œuvre d'humour et de justesse. Ceux qui auront la chance de le lire y trouveront écrits en une langue merveilleuse tous les sentiments qu'ils ont à l'égard de ce pays. Son ascension du Halla-san, sur l'île de Jeju, mérite notamment votre curiosité. Des coréens, il écrit par exemple : « Ils ont beau pouvoir vous annoncer en souriant la mort de leur père et être plus durs que silex, n'importe quelle bluette, évocation élégiaque d'amours contrariées ou de lune décroissante vous les met sur les genoux. Vingt siècle de confucianisme rigoureux les ont sans doute raidis et empesés mais sans rien changer à leur nature profonde. Peuple rapide, lyrique, jongleur, émotif et qu'un rien fait craquer. Puis qui se reprend tout de suite : les larmes sont à peine séchées qu'ils repartent à fond de train ». Nicolas Bouvier n'est pas un voyageur qui écrit, mais un écrivain qui voyage (même s'il s'en défend). Cela fait de son œuvre une véritable œuvre littéraire, très très loin des récits « tarte à la crème » émerveillés que ce genre de littérature peut produire. Sa démarche est profonde, intime, personnelle. Sur la route, il ne cherche qu'à se débarrasser de sa « corpulence morale » qui, selon lui, fait obstacle à la perception. En cela, sa démarche est quasiment bouddhiste. Tout oublier de son savoir pour mieux recevoir et sentir le monde. Comme il le disait, il faut savoir laisser au bord de la route « quelques oripeaux dialectiques, schémas trompeurs, syllogismes foireux et les pédanteries de la certitude ». Le lire est jubilatoire, car il sait décrire avec un humour subtil les petites situations du quotidien, tout en les resituant avec maestria dans une perspective historique ou culturelle et ce, sans jamais sombrer dans l'exposé académique. Pour ceux qui aiment la belle littérature, le voyage et l'Asie, il me paraît devoir rejoindre de toute urgence les rayons de votre bibliothèque, si ce n'est déjà pas le cas.

Quelques références, que vous trouverez dans n'importe quelle librairie :

L'usage du Monde, 1963. Editions Payot.
Chronique japonaise, 1989. Editions Payot
Journal d'Aran et autres lieux, 1990. Editions Payot
Le poisson-scorpion, 1981. Editions Gallimard Folio
Œuvres complètes, 2004. Editions Gallimard Quarto

L'édition Gallimard de ses œuvres complètes est remarquablement bien faite. Pour ceux qui voudraient le découvrir progressivement, je recommanderais de lire ses œuvres dans l'ordre indiqué ci-dessus.

Nicolas Monnot - Mars 2005

galeries  | BEST OF  | Afrique  | Amérique  | Antarctique  | Asie  | Europe  | Océanie  | Privé
info  | bio  | articles
Magyar | Français | English
| Contact| Faire connaître
© Nicolas Monnot 2005-2016 | Mise à jour : 2016/01/01